Anfauglir, le Descendant d'Úmarth

 :: Premier pas :: Les élus :: Validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar



Voir le profil de l'utilisateur

http://www.endrothroad.net/t1970-anfauglir-le-descendant-d-umarth http://www.endrothroad.net/t1971-anfauglir-le-descendant-d-umart http://www.endrothroad.net/t1972-anfauglir-le-descendant-d-umarth
Anfauglir
Émanation du Maudit
Jeu 12 Oct - 20:00
Anfauglir
— Émanation du Maudit

Nom : Anfauglir (prononcer "Anne-fao-gli-rr")
Nom Ancestral : Émanation du Maudit
Dynastie : Malédiction
Date de naissance : 01/05/2058
Sexe : Mâle

PHYSIQUE ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Couleur du pelage :  noir corbeau, avec parfois des reflets d'un bleu sombre.
Couleur des yeux : jaune très clair.
Particularités : dimensions hors du commun : 85 Kg, 95 cm au garrot et 1,2m à la tête, 1,5m de long et 60cm de queue.

caractère

Anfauglir est un loup qui ne pense qu'à deux choses : vivre pour lui et exterminer les bipèdes. Il est sanguinaire, violent, dépourvu de toute compassion et incapable du moindre amour.
Égocentrique, il ne se préoccupe que de ses propres intérêts. S'il vit essentiellement en solitaire, et peut voler ou violenter d'autres loups sans le moindre cas de conscience ni la moindre hésitation, il peut cependant chercher à servir ses propres intérêts en rejoignant une meute, mais ne ressentira aucune fidélité ni amitié pour aucun des membres ; toutefois, s'il n'est pas l'un des meneurs, il ne ressentira pas de gêne non plus tant qu'il est laissé libre de ses mouvements, le pouvoir même ne suscitant à ses yeux aucun désir. Anfauglir est dominateur au sens où il veut qu'on le craigne et s'écarte devant lui, il n'est pas intéressé par le commandement d'autres loups.
Tueur dans l'âme, il n'hésite pas une seconde à montrer les crocs et à user de son physique formidable pour écraser un adversaire. Il est dans sa nature même de faire couler le sang, ses expériences l'ayant conforté dans cette idée.
Enfin, c'est un fidèle du Dieu Úmarth, Seigneur de la Guerre et de la Mort : il vénère le Maudit, et a fait siens les préceptes du petit-fils de Kementari.

histoire

Anfauglir naquit dans une meute vivant au Nord-Ouest des terres d'Endroth. Fils aîné de la portée de sept louveteaux, il fit preuve, dès sa naissance, d'un comportement dominant et violent, se réservant la meilleure place au sein maternel, les meilleurs morceaux lors des premières bouchées de viande, le droit de mordre ou écraser cruellement ses frères et sœurs lors des jeux. Toutefois, le louveteau noir bien plus costaud que le reste de sa fratrie était aussi plus sensibles qu'eux tous réunis aux chants des Anciens. Étrangeté absolue, en vérité, car le Guru de la Meute, dès sa naissance, avait été surpris par le nom ancestral d'Anfauglir.
En effet, et contre toute attente, les Anciens soufflèrent un nom qui découlait de la Dynastie de sa mère, laquelle n'avait jamais comptée aucun Chaman, car issue de loups réputés descendre d'Úmarth même -avant de se détourner du Dieu et de se rallier aux croyances et pratiques des autres loups ; mais toute cette histoire était-elle véridique ?- ; c'était un choix délibéré des Anciens que de donner le nom d’Émanation du Maudit à Anfauglir alors qu'il pouvait les entendre...
Espérant lutter contre la destinée qu'il percevait, le Guru prit sous son aile le louveteau qui entendait les voix, dès ses trois mois : il croyait qu'en enseignant au plus tôt au petit à écouter les Dieux et les Anciens, il pourrait le protéger d'un futur sombre. Pourtant, se retrouver plus tôt séparé plus souvent de sa fratrie et de ses parents n'était pas forcément le meilleur moyen d'inculquer l'amour à un louveteau déjà mordant et dominateur. Pendant une année, un peu plus longtemps que l'apprentissage normal, le Guru vieillissant s'efforça d'enseigner à son élève forcé mais intelligent et doué les secrets des Dieux et des Anciens, espérant l'y intéresser. Anfauglir apprit beaucoup, et réalisa sa quête un peu en retard, à cause des réticences de son maître, qui constatait chaque jour davantage la vanité de ses efforts : si le jeune loup noir était en voie de devenir un bon Chaman, il restait dur avec les autres, courant souvent chasser et revenant les babines pleines de sang et de bouts de chairs. De fait, le jeune loup était craint de la plupart de ses aînés même, les surplombant déjà très tôt de sa haute et immense carrure...

Vers le début de l'hiver 2059, alors qu'il était désormais non seulement craint -et parfois haït- pour sa force et son attitude mauvaise, mais aussi respecté -de force- pour son statut et ses pouvoirs de Chaman, se produisit un événement surprenant. Une longue colonne de bipèdes, que parfois la Meute voyait de loin et évitait de son mieux, envahit le territoire d'Anfauglir et des siens. La première conséquence immédiate fut que le nombre de proies diminua drastiquement, car ces bipèdes nettoyaient peu à peu le terrain, cherchant clairement à se l'approprier pour s'y installer. La seconde conséquence fut la mort du vieux Guru, dans les neiges de fin février 2060, qui avait décidé d'aller espionner ces créatures pour aviser ; ce fut Anfauglir qui découvrit le cadavre du vieux mâle, transpercés de plusieurs trous petits et ensanglantés, et le ramena à la Meute -probablement l'un des rares moments d'empathie de sa vie...
Dès lors, deux partis s'opposèrent au sein de la Meute : d'un côté, les deux autres Chamans restants et une partie des plus âgés étaient partisans de quitter le territoire, reconnaissant la force insurpassable de leurs adversaires ; de l'autre, Anfauglir et quelques jeunes militaient pour une frappe contre leurs adversaires, désireux de protéger leur gibier. Évidemment, l'Alpha, près d'Anfauglir, donna raison à la sagesse et ordonna que l'on abandonne immédiatement les tanières. Son noiraud et énorme fils refusa.
Et il le fit avec violence : le jeune loup reprit la parole, contestant la décision de son Alpha avec vigueur, appelant même à une offrande au Maudit pour que celui-ci aide la Meute dans le combat à mener. Épouvantés, son père et les deux autres Chamans lui intimèrent de se taire : mais le destin est une chose inéluctable, et enfin l’Émanation se vit révéler sa vraie nature. Anfauglir commença par sauter sur son père et l'égorgea en un instant puis, devant la meute médusée, fit subir un sort similaire à ses deux confrères. Face aux autres, désormais terrifiés, il demanda si certains souhaitaient encore se retirer face aux bipèdes. Sa question ne soulevant plus d'objection, il contraignit la meute, hormis quelques-uns qui réussirent à fuir, à faire une offrande et une prière à Úmarth, puis il jeta toutes ses forces dans une attaque contre le campement humain...

La tempête lupine passa de nuit sur les tentes et les feux de camp. Les hurlements glacèrent le sang des hommes et des chiens, qui mirent un temps à réagir, d'autant que le froid les tenait engourdis et glacés : à peine s'armaient-ils que déjà beaucoup d'entre eux baignaient dans leur sang, silencieusement massacrés par deux dizaines de loups qui s'étaient glissés dans le camp, couverts des traces de sang d'animaux sacrifiés puis de celles de leurs victimes ; en tête, un énorme loup noir, fantastiquement horrible, qui bondissait d'une cible à l'autre, ses crocs plongeant dans les tranchées, ses griffes déchirant les torses et les ventres ; et une étrange aura plus sombre que les ombres de la nuit semblait l'entourer, avant de s'élever aussi des autres loups, qui peu à peu devinrent de plus en plus féroces, les yeux injectés de sang, les gueules complément découvertes...

Au petit matin, il ne restait plus un seul des humains ou des chiens en vie ; et la neige couvrant l'espace à découvert où s'était tenu leur camp était couverte d'immenses flaques rouges, avec au milieu de beaucoup un corps, canin ou humain. Mais la meute était réduite au quart de son nombre initial. Désormais, avec Anfauglir, seuls cinq loups se tenaient encore debout : les autres étaient tous morts sous les balles ; et ce nombre n'allait pas tarder à baisser encore.
Car s'ils étaient victorieux, les six loups furent, le soir même, revenus à leurs tanières, traversés de tremblements affolants, puis subirent des poussées de fièvre qui les terrassèrent. Après une semaine clouées dans leurs trous, tous étaient morts, sauf l'Émanation... Il se remis sur pattes rapidement. Isolé, il avait commis des actes révulsants contre les siens, tuant son père et dominant, tuant ses deux aînés Chamans, puis conduisant à la mort le reste de la Meute après lui avoir fait prier le Maudit, Úmarth. Ce qui s'était passé était clair aux yeux de l'intelligent noiraud : ces derniers morts, il les devait à des Dieux et des Anciens jaloux de leurs prérogatives. La rage emplit son esprit, et il se mis en route pour la déchaîner.
Car, après tout, qu'est-ce que Kementari, Argawaen, Turambar ou leurs serviteurs avaient fait pour la Meute et contre les envahisseurs ? Rien ! Rien de rien ! Seul le combat avait été une solution, et Úmarth leur avait donné la victoire, celui qui demeurait un Chaman en était convaincu ! Or, une fois la victoire acquise, une fois le territoire de la meute débarrassé des ennemis, pourquoi ses derniers fidèles survivants étaient-ils morts ? Ou plutôt, de quoi ? Anfauglir connaissait les maladies : cela n'y ressemblait pas. Seule explication : les "Autres", jaloux de ses invocations du Dieu de la Guerre, s'étaient vengés en tuant des loups qui n'avaient fait que se défendre.
C'est en parvenant à ces conclusions que, de nuit, l’Émanation parvint à son but : il se déchaîna dans un village humain qui était proche du territoire de la meute, et par où étaient certainement venus les envahisseurs. Ses crocs se plantant dans chaque gorge endormie, de chien comme d'humain, il goûta à nouveau au sang des bipèdes, mais cette fois pas même pour se défendre : juste par volonté de se défouler, juste par haine des Dieux.
Là, sous une Nouvelle Lune, ce bain de sang fut son pacte de fidélité envers celui qui lui avait apporté son aide : désormais, comme l'y prédestinait son nom ancestral, il allait suivre la voie d'Úmarth le Tueur...

Il quitta alors sa région de naissance, entreprenant de vivre comme il le voulait, libre et sans contrainte hormis celle de se consacrer parfois à son Dieu désormais Unique dans son cœur ; et surtout, de supprimer tous ceux qui se mettraient en travers de son chemin, volontairement ou par erreur.
L'Apocalypse passa de loin pour lui : s'approchant de lieux de vie des bipèdes qu'il comptait tuer, il découvrit des cadavres en nombre. Sa soif de sang était difficilement étanchée, sauf quand il tombait sur des chiens maigres et perdus dans un monde revenu aux mains de la Nature.
Il erra alors de contrées en contrées, vers l'Est, vers Endroth Road ; au printemps 2061, il retrouva et prit sous son aile un jeune loup qui était louveteau lors du massacre de l'hiver 2059-2060, et dont la mère avait fuit la meute avec son enfant lorsque Anfauglir avait prit le pouvoir et trahit les Dieux et Anciens. En effet, le jeune Kiba était fasciné par le gros Chaman sombre, et lui témoigna son admiration ; de son côté, l'Émanation considérait déjà bien avant que les yeux rouges du jeune, couleur sang, étaient une marque d'Úmarth lui-même, alors que Kiba avait été initialement rejeté par le reste de la meute et les confrères Chamans d'Anfauglir, tout comme sa mère qui avait été accueillie comme Oméga dans la meute... Au jeune loup, le noiraud enseigna les croyances des Dieux et des Anciens, mais surtout la dévotion envers Úmarth, le seul Dieu qui avait aidé à combattre les bipèdes, leurs ennemis, et la haine de ceux-ci et de leurs esclaves les chiens.

Enfin, l'Émanation du Maudit, à l'automne 2061, parvint sur les Terres d'Endroth, à un moment où, justement, les choses basculaient. Malgré ses tendances solitaires, même lui entendait les bruits courir : les bipèdes étaient de retour. Du haut d'une colline, Anfauglir observa les contrées d'Endroth : un sourire mauvais se dessina sur ses babines, dévoilant ses crocs. A nouveau, il allait semer la mort chez les bipèdes. Une fois de plus, il allait rendre hommage à son Dieu bien-aimé, celui qu'on avait parfois dit être son ancêtre en droite ligne, en noyant la terre du sang des tueurs de loups. Un frisson parcourut son poil, et une aura noire l'entoura un instant...

derrière l'écran

C'est quoi ton puff/pseudo  Je ne suis que le serviteur d'Úmarth...
T'as quel âge Celui qu'Úmarth veut me donner...
Tu es arrivé ici comment Úmarth m'a envoyé vous exterminer...
Parrain/marraine : Úmarth u_u


Fiche personnage :
Âge : 3 ans (né le 01/05/2058)
Sexe: Mâle
Santé :
Maladie : RAS
Blessure : RAS
Particularité : RAS


Statistiques :
Attaque : 15
Défense : 10
Vitesse : 15
Bonus :
Chasse : +4
Santé : 1
Résistance au froid : +1
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Voir le profil de l'utilisateur

Les Anciens
Compte pnj
Jeu 12 Oct - 20:01
Félicitation ! Te voici désormais validée ! Tu trouveras à la fin de ce message une liste de liens utiles et importants. Nous te souhaitons un bon jeu parmi nous. ♥️
Ma gestionMon historiqueRecherche de liensDemande de RPQuestions


Revenir en haut Aller en bas
Anfauglir, le Descendant d'Úmarth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aragorn II, fils d'Arathorn, descendant d'Isildur, dernier heritier d'Elendil et j'en passe et des meilleurs !
» Monologue de l’Empereur Jacques 1er à nos contemporains
» En plein coeur d'Oryenna... [Terminé]
» Sarkozy en Haiti: ce qu'en pense Claude Ribbe
» Descendants des grandes familles sorcières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: